Espace — 28 mars 2012
Le direct de l’amarrage de l’ATV-3 depuis le Centre de Controle de Toulouse

Voici tout ce que l’on peut se demander sur l’ATV-3.

Quand je me trouvais au centre spatial de Toulouse, les experts, spécialistes et directeurs de programme spatial m’ont raconté tout ce qu’ils pouvaient sur l’ATV et leur métier au sein du CNES ou de l’ESA.
 
 

Insolite

Pour arriver en Guyane, l’ATV prend le ferry, dans un bateau d’Ariane Espace, qui s’appelle le Toucan.

Les astronautes ne peuvent pas dormir dans l’ATV même s’il est vide.

L’ATV-5 sera le dernier ATV. Il n’y aura pas d’ATV-6. Ils sont déjà en train de chercher à un nouvel appareil. Le prochain cargo pourra peut-être transporter des astronautes.

Si la Terre faisait la taille d’une piscine. L’ISS se trouverait à 1 cm au dessus de sa surface.

Le CNES France contrôle 17 satellites avec 160 personnes.

Le danger des débris dans l’espace est bien réel. Il y a 7000 tonnes de débris dans l’espace. Il y en a des gros, mais il y en a des tout petits. A l’heure actuelle, seuls les débris de plus de 10 cm sont catalogués et suivis par la NASA. L’ISS dispose d’un bouclier capable de stopper des débris de moins de 2 cm. Ce qui signifie : il existe un risque pour les astronautes de l’ISS. La Station spatiale peut se faire endommager par un objet de 2 cm à 10 cm.

La salle de Contrôle

 

Tous les ordinateurs du centre de contrôle sont des DELL. J’ai fait des vidéos que je mettrais plus tard en ligne. Vous pourrez voir à quoi correspond les différentes lignes. Pour info, les communications sont chiffrées entre le centre de contrôle et l’ATV. Entre le moment du lancement et l’amarrage, il y a 50 ingénieurs en permanence dans la salle de contrôle. Une fois que l’ATV-3 est capturé et qu’il entre en mode passif, ils ne sont plus que 2 à rester en place.

L’amarrage de l’ATV-3

L’ATV-3 s’arrête plusieurs fois avant de s’arrimer à l’ISS. En réalité, l’ATV ne s’arrête pas vraiment, il orbite simplement autour de la Terre en allant à la même vitesse que l’ISS. Il s’agit d’un arrêt relatif à l’ISS. Le premier arrêt se fait à une quinzaine de kilomètres de l’ISS. Le centre contrôle vérifie alors que l’ATV se comporte bien et que les instruments sont OK. Ils redonnent ensuite l’ordre de poursuivre l’amarrage. L’ATV s’arrête ensuite à 3500 mètres, et avec des arrêts de plus en plus fréquent dans les derniers mètres. Il s’arrête par exemple à 19 mètres et à 11 mètres. Quand l’ATV est à 1 mètre de l’ISS, les ingénieurs n’ont plus le droit de toucher les commandes, c’est le CHOP (Crew Hands Off Point. Chaque ordre envoyé depuis le centre de contôle met plus d’une dizaine de secondes pour parvenir à l’ATV. A ce moment là, les seules personnes capables d’intervenir sur l’ATV sont les astronautes. La vitesse de l’ATV-3 varie grandement allant de 15 cm/seconde à 2 m/h.

Bref, toutes les précautions sont prises pour que l’ATV ne percute pas l’ISS. En cas de problème, les ingénieurs peuvent faire descendre l’ATV. Il doublera alors l’ISS et ils auront du temps pour essayer de comprendre l’origine du problème rencontré.  Puis, le lendemain, ils pourront planifier un autre rendez-vous.

L’ATV-3 s’est arrimé sans aucun incident à l’ISS le 29 mars 2012 à 00h47 (heure française).

 

Articles similaires

Partage

A propos de l'auteur

Je suis journaliste en presse jeunesse et blogueur pour des sites sur les nouvelles technologies. Comme il me reste un peu de temps libre, je suis également responsable éditorial de Sciences-mag.fr. Je suis basé à Toulouse, et vous pouvez me contacter en utilisant ce formulaire .

(0) Commentaires de lecteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>