Espace — 27 avril 2012
Des microbes mutants attaquent la Station Spatiale Internationale

Et si comme Alien, un organisme mutant se cachait dans les entrailles de la Station spatiale internationale ? Et si cet organisme se nourrissait de métal, de polymères et pouvait infecter les astronautes ? Ce n’est pas une supposition. C’est la réalité.
 
 
 
 

La Station spatiale internationale dévorée

Sur les 76 micro-organismes détectés à bord de la Station spatiale, il y en a quelques-uns qui peuvent s’avérer problématiques pour le futur de la Station.Une partie de cette microflore s’attaque au métal et aux polymères. Les risques sont réels. Ils peuvent causer des pannes d’équipement et des pertes d’étanchéité. Autre problème, le développement non-contrôlé de bactéries peut provoquer des maladies infectieuses au sein de l’équipage et les conséquences pourraient rapidement devenir dramatique.

 

Nettoyage compliqué

Pour se débarrasser de ces micro-organismes, les astronautes font le ménage, mais ils ne peuvent pas toujours accéder à certaines zones internes de la station où les câbles sont nombreux. C’est d’ailleurs dans ces endroits que ces micro-organismes se mettent à pulluler. Les russe travaillent actuellement sur une lampe à UV très puissante qui pourrait donner un sérieux coup de mains aux astronautes.

 

Un problème connu depuis MIR

Sur MIR, il y avait 90 micro-organismes seulement 4 ans après sa mise e,n place en orbite. Dans l’environnement offert par les Stations spatiales, les bactéries se plaisent. Les températures sont idéales. De plus, les cosmonautes avaient constaté que les micro-organismes devenaient de plus en plus agressifs. Ces microbes avaient attaqué les vitres, fait des trous dans le panneau de contrôle  et avaient également dénudé des câbles.

 

Des mutants potentiellement dangereux

Selon les scientifiques, ces bactéries peuvent devenir particulièrement résistante et peuvent vivre des années à l’extérieur de la Station. Pour l’instant, personne ne sait si leur mutation les rend plus dangereuses si un jour elles venaient sur Terre.

 

En savoir plus

RT.com (en anglais)

ElMundo (en espagnol)

 

Photo : NASA

Articles similaires

Partage

A propos de l'auteur

Je suis journaliste en presse jeunesse et blogueur pour des sites sur les nouvelles technologies. Comme il me reste un peu de temps libre, je suis également responsable éditorial de Sciences-mag.fr. Je suis basé à Toulouse, et vous pouvez me contacter en utilisant ce formulaire .

(0) Commentaires de lecteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>