Nature & Environnement — 01 avril 2012
Le Canada autorise le massacre de 400 000 phoques

Le ministère des Pêches et des Océans Canadien (MPO) autorise le massacre de 400 000 phoques  Groenland pour la saison de chasse 2012. C’est l’IFAW (le Fonds international pour la protection des animaux) qui l’annonce.
 
 
 
 

Le pire dans l’histoire ?

Le ministère canadien se contrefiche de ses scientifiques ! Puisque les scientifiques du ministère (pas ceux d’un groupe écolo extrémiste) ont conclu dans une étude que la population de phoques du Groenland était actuellement en train de diminuer. Ils préconisaient d’autoriser le massacre de 300 000 phoques au maximum. En balayant d’un revers de la mail les recommandations faites par ses scientifiques, le ministère canadien se vautre dans la démagogie comme un hamster dans la paille. Le courage ne fait pas partie du vocabulaire de la politique.

Langue de bois

Bien évidemment, pour rester politiquement correct, il faut éviter de prononcer les mots « mort » ou « massacre ». A ce titre, vous apprécierez les termes du Ministère canadien pour parler du nombre de phoques que les chasseurs auront le droit de tuer. Le Ministère parle de « total autorisé des captures » (TAC).

En réalité, les chasseurs se promènent à pied sur la glace et plante un pic dans la tête du phoque. Oui, les chasseurs peuvent sentir leur arme pénétrer la tête de l’animal qu’ils tuent. Ils peuvent sentir les os du crâne qui se brisent. C’est ce que le ministère appelle pudiquement une « capture » quand il autorise 400 000 captures.

400.000 phoques massacrés à l’hakapik

Selon Wikipédia :

L’hakapik est un instrument régulièrement utilisé pour tuer les phoques. Il a la forme d’un long marteau et se compose de deux parties à son extrémité : le percuteur et le crochet. Lors du coup qui est donné sur la tête du phoque pour le tuer, c’est le percuteur qui est utilisé.

 

 

En savoir plus

Le communiqué de presse de l’IFAW

La FAQ du Gouvernement canadien sur la chasse aux phoques

 

Photo hakapik : Manxruler sous licence CC.

 

Articles similaires

Partage

A propos de l'auteur

Je suis journaliste en presse jeunesse et blogueur pour des sites sur les nouvelles technologies. Comme il me reste un peu de temps libre, je suis également responsable éditorial de Sciences-mag.fr. Je suis basé à Toulouse, et vous pouvez me contacter en utilisant ce formulaire .

(0) Commentaires de lecteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>