Santé — 02 juin 2012
Une nouvelle drogue vous transforme en zombie cannibale

Une vague d’attaques étonnantes s’est propagée dans tous les Etats-Unis. Des hommes mordaient des passants pour les tuer. La raison ? Une nouvelle drogue qui rend fou.

 

La nuit des morts-vivants ?

Le 21 mai 2012, le docteur Zachary Bird est arrêté par la Police alors qu’il était au volant de sa voiture en Floride. Le bon docteur crache au visage du policier… du sang. Il se fait embarquer et sur le trajet, il se frappe la tête contre le plexiglas jusqu’à se faire saigner.

Quelques jours plus tard, un Canadien, dans un avion de ligne en route pour Miami, tente de se précipiter dans le cockpit de l’avion.

Les choses se gâtent quand, à Miami encore, la Police est appelée pour arrêter Rudy Eugene, 31 ans. L’homme est en train de dévorer le visage d’un sans-abris. Il refuse d’arrêter son festin macabre quand les policiers l’interpelle.  Il faut plusieurs balles pour qu’il cesse enfin de manger le SDF.

Le lendemain, dans le New Jersey, un homme est conduit à l’hôpital. Il se serait lui-même ouvert le ventre et aurait découpé des bouts de ses intestins qu’il aurait ensuite lancé sur des policiers.

Que peut-on en conclure ? Tout d’abord, pour être policier aux États-Unis, il vaut mieux ne pas avoir peur du sang. Ensuite, toutes ces histoires, dans un si petit laps de temps, ne peuvent pas être une simple coïncidence. Et une question demeure : l’humanité va-t-elle finir dévorée par des zombies ?

 

Le bath salt : une drogue puissante 

Toutes ces personnes ont un point commun. Elles ont pris une drogue connue sous le nom de « bath salts » (sels de bain). Rassurez-vous, il ne s’agit pas de sels de bains normaux, mais d’une drogue dérivée du LSD. Elle contient de la méphédrone et du MDPV, des substances chimiques dérivées du qat, un stimulant originaire de la péninsule arabique et de l’Afrique orientale.

Ces sels de bain, les consommateurs les sniffent, les fument ou se les injectent. Et ils sont même en vente libre dans certains états d’Amérique. Les symptômes ?  Augmentation de la chaleur corporelle (le cannibale de Miami et sa victime ont tous deux été retrouvés nus), augmentation de la force physique, agitation,  agressivité décuplée et  hallucinations. La température corporelle peut monter jusqu’à 41,5° C. Forcément, quand le corps et le cerveau grimpent à une telle température, ils disjonctent et deviennent incontrôlables.

 

Une drogue accessible sur Internet

Et cette drogue est en vente libre dans certains états d’Amérique. Pour la trouver, il suffit d’aller au supermarché. Sur Internet, on peut facilement en acheter. Bien sûr, personne ne dit clairement qu’il s’agit d’une drogue. Les vendeurs indiquent seulement que leur produit est impropre à la consommation humaine. Cette drogue est parfois vendue comme de l’engrais, du nettoyant à métaux, ou de l’encens.

 

Bientôt interdite ?

Il semblerait que des mesures soient prises pour que cette drogue devienne illégale partout aux États-Unis et que la vente sur Internet soit également interdite. Mais dans tous les cas,  les apprentis chimistes n’auront qu’à modifier une molécule pour contourner cette interdiction. Car ici ce qui compte pour les dealers, c’est de profiter de l’absence de loi contre leur produit. David Hayes, le chef de la police d’Alton explique :

“Je n’avais jamais vu une drogue se répandre aussi vite.” Source

Conclusion

Depuis le cannibale de Miami, cette drogue bénéficie d’une publicité incroyable sur Internet. Ce n’est qu’une question de temps avant que des Européens ne fassent, comme lui, la une des journaux. Car quand une drogue est disponible, elle est inévitablement consommée. Inutile de préciser qu’il ne faut pas en prendre. Pour ceux qui veulent tout de même essayer, voici 2 liens avec des contenus déconseillés aux personnes sensibles :

Un jeune homme qui  a pris de la marijuana synthétique (Bath Salts)

NSFW : L’attaque du Cannibale de Miami a été filmée par une caméra de surveillance (Attention, images très très dérangeantes) + horreur absolue (photo du visage de la victime)

J’ai hésité, à publier ces liens. Mais, c’est la réalité de cette drogue et ce n’est pas mon rôle de dissimuler ces images. Et je pense vous avoir suffisamment averti avant de cliquer.

En savoir plus

Un article sur les Bath Salts

Une interview du Pr Michel Lejoyeux, spécialiste de psychiatrie et d’addictologie à l’université Paris 7.

 

 Photo sous licence Creative Commons par Gilderic Photography

Articles similaires

Partage

A propos de l'auteur

Je suis journaliste en presse jeunesse et blogueur pour des sites sur les nouvelles technologies. Comme il me reste un peu de temps libre, je suis également responsable éditorial de Sciences-mag.fr. Je suis basé à Toulouse, et vous pouvez me contacter en utilisant ce formulaire .

(4) Commentaires de lecteurs

  1. Pingback: 11 Juin 2012 « conflitmondial

  2. Je n’aurais pas aimé être devant la caméra de surveillance ce jour là. Visiblement on peut la visionner. Très peu pour moi merci.

  3. etrangement cet article ne mentionne aucune sources ! paye ton canular

    • s en ai pas un de canular malheureusement…
      fait des recherches…c’est effrayant le nombre d’articles que l’on découvre sur des journaux…
      a marseille un homme vient de s’arracher les 2 yeux et de s’empaler je ne serai pas étonné qu’il en ai prit..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>