Aéronautique — 09 juillet 2012
Les défis de l’avion solaire Solar Impulse

Solar impulse, l’avion solaire de Bertrand Piccard, vient de réussir son premier vol intercontinental en ralliant Rabat au Maroc à Madrid en Espagne. Il s’agissait d’un vol d’essai avant de tenter le premier vol autour du monde en 2014.

L’aviation solaire 

Solar Impulse est le petit dernier d’une longue lignée d’avion solaire. Et quand on parle d’avion solaire, nous ne sommes pas loin des Mystérieuses Cités d’Or et de son grand Condor. Tout a commencé dans les années 1970, mais les premiers vols humains se déroulèrent dans les années 1980. Dansles années 1990, un américain,  Eric Raymond, est parvenu à traverser les Etats-Unis avec son avion le SunSeeker en 21 étapes et 121 heures de vol.

L’avion solaire Solar Impulse

L’avion solaire Solar Impulse est un projet dingue. Cet avion a la même envergurequ’un Airbus A340 avec le poids d’une voiture. Pour être plus technique, l’avion pèse 1600kg et a une envergure de 63,40 mètres. Sur ses ailes sont disposés 10.748 cellules photovoltaïques, tandis qu’il y en a 880 sur le stabilisateur horizontal. Le défi de cet avion était de pouvoir emmagasiner assez d’électricité pendant la journée pour faire tourner les 4 moteurs électriques. L’énergie est stockée dans des accumulateurs qui pèsent en tout 400 kg.

 

Les défis

Avec Solar Impulse, l’homme atteint les limites absolues des technologies actuelles. Il faut bien se représenter que cet avion peut décoller et rester en vol de jour comme de nuit, en étant entièrement propulsé par l’énergie solaire. Il ne transporte aucun carburant et n’émet aucune pollution. De plus, pour le pilote, cet avion est très contraignant. A cause de sa grande envergure et de sa faible vitesse (70km/h en moyenne), l’avion ne peut effectuer un virage avec un angle d’inclinaison supérieur à 5°. Sinon l’avion peut décrocher et finir en petits morceaux au sol.

 

Le vol transcontinental

Le 7 juillet 2012, l’avion solaire Solar impulse s’est posé à Madrid en Espagne après avoir décolé de rabat au Maroc 17 heures plus tôt. C’est la première fois qu’un aéronoef solaire assure la liaison entre 2 continents. L’avion a donc couvert les 900 kilomètres qui séparent les 2 villes en volant à la vitesse moyenne de 60 km/h. Plusieurs records ont été battu pendant ce voyage, le record de vitesse d’abord : Solar Impulse a atteint les 157 km/h grâce à des vents arrières. Et ensuite Solar Impulse a atteint un record de lenteur en volant à la vitesse de 18 km/h à cause de vent  de face. Dans tous les cas, le vol s’est déroulé sans encombre.

 

Conclusion

L’aventure Solar Impulse est à suivre avec intérêt car elle pousse l’homme à dépasser ses limites. Un deuxième avion est actuellement en construction, il sera encore plus performant et endurant. Nous reviendrons régulièrement sur l’avancée de ce projet aussi fou que passionnant.

 

En savoir plus

Le site de Solar Impulse

Illustration : MK Prod et Dic France

Photo : Solar Impulse

Articles similaires

Partage

A propos de l'auteur

Je suis journaliste en presse jeunesse et blogueur pour des sites sur les nouvelles technologies. Comme il me reste un peu de temps libre, je suis également responsable éditorial de Sciences-mag.fr. Je suis basé à Toulouse, et vous pouvez me contacter en utilisant ce formulaire .

(0) Commentaires de lecteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>