Espace — 27 mai 2013
Moteur ionique : le moteur de fusée du futur est bleu

Cette image montre le dernier moteur à propulsion ionique actuellement en développement au Jet Propulsion Laboratory de la NASA qui se trouve à Pasadena en Californie. Il s’agit d’un moteur ionique qui utilise du xénon pour sa propulsion. Une version plus précoce de ce moteur à propulsion est utilisée en ce moment même sur la sonde Dawn de la NASA qui se dirige vers la ceinture d’astéroïdes.

Principes et avantages

Les moteurs ioniques au xénon éjecte à grande vitesse des ions, ce qui a pour effet de pousser la sonde à l’opposée du moteur. Avec les autres types de moteur, il faut embarquer la masse à éjecter et l’énergie pour l’éjecter. Avec les moteurs ioniques, l’’énergie nécessaire pour éjecter le xénon est produite par des panneaux solaires. De plus, « la vitesse d’éjection du xénon est 10 fois supérieure à celle des gaz produits par les propulseurs chimiques utilisés habituellement sur les sondes, mais la poussée est très faible. » De plus, les prochains moteurs embarqueront certainement une mini-centrale nucléaire semblable à celle qui se trouve dans le rover Curiosity. Ainsi, les sondes trop éloignées du Soleil pourront continuer leur poussée.

Une mission particulière

Ce nouveau moteur ionique fait partie de la mission Asteroid Initiative qui vise la capture robotique d’un petit astéroïde géo-croiseur pour le placer dans une orbite stable à proximité de la Lune. Ainsi les astronautes pourront effecteur leur prélèvement et travailler dessus. Cette image futuriste a été prise à travers une fenêtre dans la chambre à vide du JPL où le moteur à ion est testé. Bien sûr, ce nouveau moteur a été entièrement repensé par rapport à celui de la sonde Dawn. Par exemple, il fallait 450 kg de xénon pour la sonde Dawn. Pour la mission Asteroid Initiative, il faudra 10.000 kg de xénon (le vaisseau est plus gros et il faut aussi penser au poids de l’astéroïde à convoyer). Pour réduire cette taille, il faut un moteur plus performant. Et là, on attend.

En savoir plus

NASA

Wikipédia fiche sur le moteur ionique

Photo : NASA/JPL-Caltech

 

Articles similaires

Partage

A propos de l'auteur

Fanny Collins

Scientifique de formation, j'écris sur des sujets qui m'intéressent en espérant que vous y trouverez également votre bonheur.

(2) Commentaires de lecteurs

  1. Une « mini-centrale nucléaire » ? Vraiment ? Vous pourriez être précis et dire un générateur thermoélectrique à radio-isotopes (http://en.wikipedia.org/wiki/Radioisotope_thermoelectric_generator). Le principe de fonctionnement n’est pas du tout le même!

    • Oui, Et c’est ce qu’on appelle un générateur électrique nucléaire de conception simple. On retrouve les mêmes générateurs dans les sous-marins nucléaires. Et demandez à n’importe quel physicien, il vous expliquera qu’il s’agit bien d’une mini-centrale nucléaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>