Espace — 22 octobre 2013
Tout sur l’avion spatial Hermès

Le projet Hermès est un des projets spatiaux les plus ambitieux que la France ait imaginé. Cet avion spatial devait être lancé depuis une fusée Ariane 5. Il était prévu que les 3 spationautes à bord pouvaient rester de 30 à 90 jours jusqu’à 800 km d’altitude. Mais hélas, l’histoire en a décidé autrement.

Naissance du projet français : 1977

La première configuration de l’avion spatial Hermès est étudiée en 1977 au Centre spatial d’Evry du CNES, alors même que la NASA vient de procéder aux essais en vol atmosphériques de sa navette. Puis, au début des années 1980, l’agence spatiale française, le CNES, réfléchit a un petit avion spatial conçu pour être lancé sur une fusée Ariane. Déjà, à l’époque, ils avaient une vision bien précise de ce projet : l’avion spatial Hermès pourrait desservir une petite station spatiale européenne, construite par les Allemands et les Italiens, baptisée Man-Tended Free Flyer (MTFF). Ce programme de l’Agence spatiale européenne (ESA) s’appelait Columbus.

Différentes vues de l'avion spatial Hermès

Hermès prend forme : 1984

En 1984, le projet d’avion spatial Hermès s’est transformée en mini navette spatiale capable de transporter un équipage de 4 à 6 spationautes ainsi que 4500 kg de fret. Comme elle était trop lourde pour être lancée par une fusée Ariane 4 existante, le CNES a commencé à réfléchir à une version améliorée d’Ariane pour les années 1990. Le développement d’Hermès a grandement contribué aux spécification du nouveau lanceur Ariane 5 de l’ESA.

hermes columbus

Hermès et un module Columbus

Un projet qui devient européen : 1987

Avec des coûts de développement croissants, la France accepte de continuer le projet conjointement avec l’ESA. le projet est alors approuvé par l’ESA en 1987, avec une phase de pré-développement allant de 1988 à 1990, avec un développement complet qui dépendrait des conclusions de cette phase. Sur le papier, Ariane 5 devait lancer Hermes qui devait desservir la station européenne Columbus. Pour rappel, la station Columbus devait être composée de trois modules :
- Columbus Free Flying Laboratory, laboratoire ayant la capacité d’effectuer des missions en mode automatique télécommandé depuis la Terre et visitable par l’homme.
- Columbus Polar Platform pour l’observation de la terre.
- Columbus Attached Laboratory, partie européenne de la station orbitale américaine Freedom.
Et pour finir, l’avion spatial Hermès devait être compatible avec les stations Freedom (USA) et Mir (URSS).

Hermes coiffant la fusée Ariane 5

Hermès coiffant la fusée Ariane 5

Hermès, la navette spatiale européenne

La navette spatiale Hermès était composée de 2 parties : un module de ressources en forme de cône attaché à l’arrière du véhicule, et qui servait d’adaptateur au lanceur Ariane 5 et serait largué avant la rentrée dans l’atmosphère. Seul les 19 mètres de l’avion peuvent rentrer et atterrir.  Juste avant l’annulation du projet, Hermès pouvait transporter 3 astronautes et 3000 kg dans une soute pressurisée. Le poids au final aurait été de 21000 kg ce qui était le poids maximum qu’une nouvelle fusée Ariane 5 aurait pu transporter.

La déception

Après l’explosion de la navette spatiale Challenger, de nombreuses mesures de sécurité ont été ajoutées ce qui a eu pour effet d’alourdir la navette et d’augmenter les coûts. Au début, le design prévoyait que l’équipage puisse se séparer du véhicule principale en cas d’urgence, mais plus tard, cette idée d’une capsule de secours a été abandonnée et remplacée par 3 sièges éjectables pour économiser du poids. A l’origine, le premier lancement d’un avion spatial Hermès était envisagé sur une Ariane 5 en 1998. Mais dès 1991, le premier vol inhabité avait été reporté à 2002, et devait être suivi par une mission test habitée en 2003. Cependant, en 1992, après de trop nombreux retards, le projet était annulé. Surtout que les attentes au niveau performance et coûts n’ont jamais été atteintes. Ce grand projet français puis européen n’a donc jamais vu le jour. Aucune navette Hermès n’a été construite. Pour tous ceux qui ont travaillé sur ce projet, cette décision, même si elle était comprise, a été vécue comme une déchirure.

Conclusion

Même s’il est regrettable que l’avion spatial Hermès n’ait pas vu le jour, ce projet a tout de même laissé des innovations intéressantes. Ainsi, comme Ariane 5 était prévu pour lancer des vols habités, la sécurité du lanceur a été grandement renforcée. Ainsi, il n’est pas étonnant que cette fusée soit d’une grande fiabilité.

 

Sources

ESA

Capcomespace

CAEA

Illustration d’ouverture :  ESA D. Ducros

Articles similaires

Partage

A propos de l'auteur

Je suis journaliste en presse jeunesse et blogueur pour des sites sur les nouvelles technologies. Comme il me reste un peu de temps libre, je suis également responsable éditorial de Sciences-mag.fr. Je suis basé à Toulouse, et vous pouvez me contacter en utilisant ce formulaire .

(1) Commentaire de lecteur

  1. Je suis passionnée par l aérospatiale. Alord merci pour s’est petite informations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>