Nature & Environnement — 01 octobre 2013
Ce lac transforme les oiseaux en statue

Il existe en Tanzanie, un lac capable de transformer les animaux en statue. L’eau du lac riche en sel, ressemble à un immense miroir. Les oiseaux troublés par ce spectacle s’écrase contre l’eau peu profonde et l’extrême teneur en minéraux du lac s’occupe de calcifier ces pauvres bêtes.

Le  lac Natron a la particularité d’être saturé de bicarbonate de soude, d’avoir une alcalinité pouvant atteindre un pH compris entre 9 et 10,5 avec des températures pouvant atteindre 60°C. Seul le poisson cichlidé de soude (Alcolapia alcalica)  trouve le moyen de survivre dans cet environnement extrême.

Ce lac tire son nom du natron, un minéral constitué de carbonate naturel de sodium avec une touche de bicarbonate de soude ! Le lac est principalement alimenté par les pluies. Et quand les pluies cessent et que la température augmente, l’eau peut s’évaporer fortement. Alors que l’air peut atteindre 50°C, l’eau peut atteindre 60°C. Forcément, dans ces conditions, l’eau devient de plus en plus basique, et sa texture devient visqueuse. Les éléments chimiques qui constituent cette eau peuvent tellement se concentrer qu’ils se précipitent et forment des croûtes et des plateformes blanchâtres ou colorés.

En se promenant sur les bords du lac, le photographe Nick Brandt a découvert des oiseaux et des chauve-souris parfaitement conservées sur le bord de l’eau. « Je n’arrivais pas à m’empêcher de les photographier. Personne ne sait exactement comment ils sont morts, mais il semblerait que la nature réfléchissante de la surface du lac les ait troublés. Et comme certains oiseaux peuvent s’écraser contre une vitre, ils se sont écrasés sur le lac. »

Bien sûr, les animaux ont été mis en scène par le photographe. Le spectacle est troublant et inquiétant.

aigle et colombe pétrifiés sur le Lac natron en tanzanie

Source

Newscientist

 

Articles similaires

Partage

A propos de l'auteur

Je suis journaliste en presse jeunesse et blogueur pour des sites sur les nouvelles technologies. Comme il me reste un peu de temps libre, je suis également responsable éditorial de Sciences-mag.fr. Je suis basé à Toulouse, et vous pouvez me contacter en utilisant ce formulaire .

(0) Commentaires de lecteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>