Espace — 18 février 2016
Que sont les ondes gravitationnelles ?

Le 11 février 2016, les scientifiques sont soulagés ! Une équipe internationale de chercheurs annonce avoir détecté pour la première fois le passage d’une onde gravitationnelle. Ils viennent de prouver une théorie qu’Einstein avait prédite il y a 100 ans.

Il faut donc monter dans notre machine à remonter le temps et revenir en 1916, quand Einstein a publié ses théories sur la relativité générale. Avec cette publication, il réécrit toute la physique connue. Avec lui, la lumière peut-être déviée. La vitesse n’est plus relative mais limitée. Et à l’inverse, le temps et l’espace ne sont plus immuables mais relatifs. Ils peuvent se tordre et se dilater.

Et pour la gravité, c’est une autre paire de manche. Newton avec ou sans la pomme qui lui est tombée sur la tête, définit la gravité comme une force d’attraction dont l’effet se propage à une vitesse infinie, alors que pour Einstein la vitesse de la lumière est la vitesse maximale pour toute interaction selon la relativité restreinte.

Comme la vitesse infinie n’existe pas pour Einstein, il va se creuser la tête pendant des années pour tenter de trouver une réponse.

Pour Einstein, la gravité n’est pas une force, mais une courbure générée par la masse d’un objet dans la fabrique de l’espace-temps.

Regardez la vidéo

Pour bien comprendre, il faut imaginer une toile tendue au-dessus du sol. Si vous posez une boule de pétanque dessus, la toile s’enfonce. Et si vous lancez une bille sur cette toile, elle va s’approcher de la boule de pétanque en tournoyant autour. Imaginez maintenant que la boule de pétanque, c’est le soleil, la cuvette c’est l’espace et la bille c’est la Terre.

Plus l’objet a une masse importante et plus il va déformer l’espace temps. Ce qui est logique Si vous posez un petit pois sur un trampoline, cela ne fait rien. Si les masses sont grandes, la déformation est importante.  (une machine à laver sur un trampoline, cela déforme la toile). Le Soleil avec sa masse déforme l’espace temps et c’est cette déformation qui régit le mouvement de la Terre.

Si une masse statique peut modifier l’espace temps, qu’en est-il d’une ou plusieurs super masses en pleine accélération, comme une étoile qui s’effondre ?

Pour Einstein, la perturbation de départ se propage alors dans l’espace qui se tord, traversé par des ondes, qui pourraient ressembler à celles qui rident la surface de l’eau quand on jette une pierre. Einstein prédit ainsi l’existence d’ondes gravitationnelles.

Comment détecter ces ondes ?

Ce sont des vibrations infinitésimales. Nous sommes traversés par ces ondes et l’espace d’un instant, vous vous dilatez et vous vous contractez. Et l’espace d’un instant, vous devenez plus grand, plus maigre avant de revenir l’instant d’après à votre état normal. Mais c’est indetectable. C’est un  milliardième de milliardième de mètre. C’est la contraction d’un millimètre sur un million de milliard de kilomètres.

Et c’est exactement ce qu’a détecté l’équipe de chercheurs grâce à deux appareils.

Mais ça signifie quoi l’existence de ces ondes gravitationnelles ?

Déjà ça confirme le seul élément qu’il restait à prouver dans la théorie de la relativité d’Einstein et quand on parle de ça, ce n’est pas une théorie fumeuse. Ça régit toutes les lois de la physique ! Cette découverte signifie que toute la physique actuelle reste valide.

Et surtout, ça marque le début d’une nouvelle ère pour les astronomes. Ils captent et intérpètent les signaux que l’univers nous envoie. L’univers nous parle dans plusieurs langues :  la lumière visible, les lumières invisibles, les ondes radio, infrarouge, les ultraviolets, les rayons x, les rayons gamma… des langue que nous avons appris à traduire avec des instruments. Avec les ondes gravitationnelles, nous avons une nouvelle langue, un nouveau signal émis par des objets qui n’émettent aucune lumière et ce signal n’est arrêté par rien. Ces ondes traversent la matière, les étoiles et même les trous noirs pour parvenir jusqu’à nous. Nous allons pouvoir voir plus et plus loin. Et en astronomie, voir loin, c’est voir tôt et s’approcher du Big Bang quand l’univers s’est créé.

 

 

 

Source :

CNRS

LIGO

 

Articles similaires

Partage

A propos de l'auteur

Je suis journaliste en presse jeunesse et blogueur pour des sites sur les nouvelles technologies. Comme il me reste un peu de temps libre, je suis également responsable éditorial de Sciences-mag.fr. Je suis basé à Toulouse, et vous pouvez me contacter en utilisant ce formulaire .

(0) Commentaires de lecteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>