Espace — 06 mars 2018
Black Knight : un satellite extraterrestre vieux de 13 000 ans

L’histoire du Chevalier Noir (Black Knight) est une des histoires les plus intrigantes du 20e siècle. Elle mêle un inventeur de génie Nikola Tesla, des coupures de journaux des années 50 et des images prises par la NASA ! Voici donc l’incroyable histoire du Chevalier noir, le satellite extraterrestre vieux de 13 000 ans !

L’histoire du Black Knight

Tout commence en 1899, quand Nikola Tesla aurait capté accidentellement le signal émis par cet objet non-identifié en orbite autour de la Terre. Pour rappel, Nikola Tesla est un inventeur génial dont la plupart des inventions ont été injustement attribués à Edison. Nikola Tesla donc, le pionnier de la radio, a construit une tour assez massive dans sa maison/laboratoire pour faire des expériences d’électricité sans fil. Et c’est à cette époque qu’il aurait accidentellement intercepté un message provenant de ce satellite extraterrestre. Bien sûr, il ne savait pas trop comment interpréter ce message, mais il était persuadé que Mars était habitée.

En 1928 à Oslo, en Norvège, des chercheurs ont capturé des  signaux incompréhensibles. L’histoire du Chevalier Noir fait ses débuts dans les médias quand le St. Louis Dispatch et le San Francisco Examiner en parlent le 14 Mai 1954. Deux satellites auraient été repérés en orbite autour de la Terre à un moment où aucune nation n’avait la capacité d’en envoyer dans l’espace… Troublant, non ?

Puis, le 7 mars  1960, le Time magazine parle d’un “mystérieux satellite noir”  se déplaçant sur une orbite régulière !

En 1963, l’astronaute Gordon Cooper aurait aperçu le satellite mais pour ne pas effrayer la population, la NASA aurait simplement dit que Gordon Cooper aurait eu une hallucination après avoir respiré trop d’oxygène.

En 1973, le chercheur écossais Duncan Lunan voulait se forger sa propre opinion. Et en analysant des données captées par les scientifiques norvégiens en 1928, Lunan a découvert  qu’il s’agissait d’un tableau stellaire pointant vers une étoile de la constellation du Bouvier, une invitation qui serait vieille de 12 600 ans selon les analyses de Lunan.

La NASA aurait bien évidemment inspecté le mystérieux satellite. Et elle aurait plus ou moins habilement dissimulé sa présence jusqu’à la publication sur son site d’une série de photos hallucinantes ! Quelle maladresse ! En janvier 2013, s’apercevant de leur bourde, les responsables de la NASA auraient effacé les images de ce satellite noir qui tournerait autour de la Terre depuis plus de 12600 ans et dont Nikola Tesla aurait capté les signaux il y a plus de 100 ans et qui viendrait d’une étoile lointaine.

La vérité sur le Black Knight

Commençons par l’histoire de Nikola Tesla, vous vous souvenez, celui qui a fabriqué une antenne hyper sensible dans son jardin. Selon toute vraisemblance, il a certainement réussi à capter des ondes radios provenant de l’espace profond comme des Pulsars ou des interférences provenant d’orages sur Jupiter.

Les échos captés en 1928 par les chercheurs norvégiens restent un mystère. Mais, comme pour Tesla, il pourrait s’agir de l’écho d’un pulsar. Pour rappel les pulsars, des étoiles à neutrons ne seront attestées qu’en 1969.

Les articles dans les Saint-Louis Dispatch et le San Francisco Examiner viennent de déclarations faites par Donald Keyhoe, un chercheur d’OVNI, qui faisait à cette époque la promotion d’un livre sur les OVNI. Et ces articles si vous êtes anglophile, sont clairement écrits sur un ton ironique de la part des journalistes.

Les grands journaux américains annonçaient que les Etats Unis avaient détecté un mystérieux satellite noir. 3 semaines plus tard, c’est le TIME qui explique qu’il s’agissait en réalité des restes d’un satellite Discoverer de l’US Air Force.

Concernant l’observation faite par l’astronaute Gordon Cooper, il a toujours nié avoir vu ce satellite alors qu’il a affirmé avoir vu des OVNI pendant qu’il était pilote d’avion. Pourquoi nierait-il le chevalier noir ? ça n’a aucun sens.

Contrairement à ce qu’affirment les sites complotistes, Duncan Lunan n’est pas un chercheur, mais un auteur de science-fiction. Dans son article il spéculait qu’un objet extraterrestre en orbite autour de la Lune pouvait être responsable de l’écho capté par un ingénieur norvégien dans les années 20. Et que cet écho pouvait correspondre à des coordonnées. Sauf que les données avec lesquelles il a travaillé étaient erronées. Il a voulu empêcher la publication de l’article, mais c’était trop tard. Dans son article, Duncan ne fait jamais référence au Chevalier noir. Il a été obligé à plusieurs reprises de nier cette théorie. Et il explique tout dans un article sur son blog.

Et pour finir, les photos publiées par erreur sur le site de la NASA ont été prise en novembre 1998 lors du premier vol de la navette Endeavour vers la Station spatiale internationale. Au cours d’une sortie dans l’Espace, l’un des astronautes a laissé s’échapper une couverture thermique qui devait être apposée sur une partie de l’appareil. C’est elle qu’on voit sur les photos. Elle  a brûlé dans l’atmosphère terrestre peu de temps après. Les photos n’ont jamais été retirées, elles ont été simplement déplacées suite à une refonte du site et vous pouvez y accéder aujourd’hui.

Vous voyez, ce Chevalier Noir est juste un amalgame d’histoires qui n’ont aucun lien entre elles. Il y a une chose qui est certaine, c’est que ce Chevalier Noir fera encore longtemps parler de lui.

Cette histoire de chevalier noir est sympa à raconter mais c’est de la fiction.

 

Articles similaires

Partage

A propos de l'auteur

Je suis journaliste en presse jeunesse et blogueur pour des sites sur les nouvelles technologies. Comme il me reste un peu de temps libre, je suis également responsable éditorial de Sciences-mag.fr. Je suis basé à Toulouse, et vous pouvez me contacter en utilisant ce formulaire .

(0) Commentaires de lecteurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>